François Fillon: Inventaire fiscal et trous de mémoire

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

En déclarant qu'il fallait mobiliser les Français aux municipales de mars prochain contre " l'assommoir fiscal " de la gauche (TF1, 14 octobre), François Fillon fait preuve d’une amnésie indécente.

 

Quel est le bilan de l’UMP en matière fiscale ?

 

 

L’UMP a considérablement alourdi la fiscalité pour l'immense majorité des Français, et d'abord sur les ménages modestes et les classes moyennes :

  • Adoption de 30 taxes supplémentaires en cinq ans;
  • Majoration des prélèvements de 20 Mds € en 2011 et de 13 Mds € pour 2012;
  • Mise en place du gel du barème de l'impôt sur le revenu ;
  • Suppression de la demi-part des veuves.

 

 

L’UMP a allégé les impôts des plus riches :

  • Progression de moitié des niches fiscales en faveur des plus favorisés ;
  • Instauration du bouclier fiscal à 50 % ;
  • Majoration de l'abattement de 50 000 à 150 000 euros sur les grosses successions ;
  • Révision à la baisse du rendement de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune ;
  • Inertie vis à vis de la fraude et de l'évasion fiscale, qui s'élèvent, tout compris, à 80 Mds €.

 

 

L’UMP a fait exploser la dette :

  • Doublement de la dette en dix ans.
  • Charge annuelle de la dette, frôlant les 50 milliards soit le deuxième poste budgétaire.

Alors qu’elle disposait de tous les pouvoirs, elle est parvenue à concilier injustices fiscales, inflation des dépenses fiscales inutiles (cadeaux aux clientèles UMP), aggravation des déficits et explosion de la dette : un État en quasi faillite, que François Fillon pointait pourtant déjà en septembre 2007.

 

 

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault fait le choix de: 

  • Corriger les injustices UMP avec le dégel du barème de l’impôt sur le revenu, le renforcement de la décote et le relèvement du plafond du revenu fiscal de référence (projet de loi de finances pour 2014).
  • Ainsi, par l'effet conjugué de ces mesures voulues par le Gouvernement et les députés socialistes, les Français qui sont entrés dans le barème de l'impôt sur le revenu suite aux décisions Sarkozy-Fillon de 2011 verront du coup leurs prélèvements baisser en 2014 (IR, CSG, impôts locaux, contribution audiovisuelle).

Faire porter l’essentiel des efforts sur des économies de dépenses, sélectives et équilibrées afin de poursuivre la réduction des déficits, de 5,3 % en 2011 à 3,6 % en 2014.

  • Orienter la fiscalité vers la solidarité et l’ecacité au service des priorités des Français : soutien à la croissance (investissement productif et compétitivité des entreprises) et la création d’emploi (emplois d'avenir, contrats de génération, etc.), le renforcement des services publics (emploi, éducation, justice, sécurité) et de notre modèle social (santé, retraites, petite enfance), le logement pour tous, le pouvoir d’achat, le soutien aux investissements d’avenir et à la transition énergétique, la lutte contre la pauvreté.

 

La législature UMP commença par le renforcement du bouclier fiscal (...) [et] s'acheva par le démantèlement de l'impôt sur la fortune. Monsieur Fillon, qui co-décida cette politique du début à la fin, lorsqu'il invoque Émile Zola, devrait citer " L'Argent " plutôt que " L'Assommoir " !!

François Fillon sur TF1

François Fillon sur TF1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article