DOSSIER : 1995-2001, le bilan désastreux du FN dans les villes.

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

L'exemple de VITROLLES

 

Un contrôle de la pensée.

 

Bruno puis Catherine MEGRET se sont succédé à la mairie et ont ouvert une ère glaciaire pour le monde associatif et culturel. Le cinéma local d'art et d'essai a été fermé et sa directrice renvoyée. Elle avait osé diffusé des films qui évoquaient l'homosexualité suivis d'un débat.

La mairie a également mis en place un "comité de lecture" chargé de sélectionner les livres acceptables dans les bibliothèques.

Le "sous-marin", une association de jeunes du centre-ville, a été fermée par la mairie en raison de son hostilité au FN, avec des arguments fallacieux. La mairie choisit même de murer le local et est condamnée pour "effraction et voie de fait".

 

Une ville surendettée.

 

En quelques mois de mandat à Vitrolles, près de 10% des entreprises ont quitté la ville. La présence du FN a terni l'image de la ville et en particulier auprès des entreprises travaillant à l'export. Les menaces de taxes supplémentaires sur les entreprises ont également nui à l'implantation d'entreprises. Résultat : moins d'emplois pour les vitrollais.

 

Condamnation pour préférence nationale.

 

La mairie a créée une prime à la naissance de 5000 francs, attribuée "aux enfants français nés de parents européens". La théorie de la préférence nationale est sanctionnée pénalement. Catherine MEGRET a été condamnée à trois mois de prison avec sursis, 100 000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité pour "discrimination" et "incitation à la discrimination".

Photo : ville de VITROLLES

Photo : ville de VITROLLES

Publié dans Politique Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article