ACTU : Situation au Mali

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Jean-Yves Le Drian était l'invité ce mercredi de RTL. Le ministre de la Défense a commenté l'évolution de la situation au Mali.

Selon le ministre, depuis six jours, l'armée française a bien réussi à enrayer la progression des groupes terroristes à l'est, mais les groupes les plus durs, «les plus fanatiques, les mieux armés et les mieux organisés» sont plus difficiles à arrêter à l'ouest:

On était bien conscients dès le départ que c'était une opération très difficile.

Jean-Yves Le Drian a notamment expliqué que devant le risque d'un renfort des groupes terroristes, les attaques aériennes visaient les bases arrières. Et d'annoncer que les forces terrestres allaient à présent se déployer. Le ministre a ainsi décrit la situation générale:

On est en situation positive depuis la semaine dernière, mais ça continue et ça sera long. Mais le but, c'est que le Mali retrouve sa souveraineté, son intégrité sur l'ensemble de son territoire.

Interrogé sur le financement de ces groupes terroristes, Jean-Yves Le Drian a évoqué «leurs trafics de drogues» qui passent par le Sahel, mais aussi les trafics d'armes en provenance de la Libye et enfin l'argent des prises d'otages.

S'agissant de l'alimentation en carburant, le ministre a confirmé l'impossibilité à présent pour les terroristes de se ravitailler en Algérie, suite à une action du président Hollande:

L’Algérie a fermé ses frontières avant-hier soir, le président François Hollande s’est entretenu avec le président Bouteflika hier, il a eu le soutien du président Bouteflika.

Jean-Yves Le Drian a également évoqué le cadre d'intervention de la France à l'échelle internationale, en particulier la réunion des ministres des Affaires étrangères européens initiée par Laurent Fabius qui devrait permettre «d’accélérer la mise en place de la mission européenne qui avait été décidée au Conseil européen de décembre»:

Les Européens que nous avons au téléphone régulièrement nous ont soutenu par des équipements dont nous avions besoin, en particulier des équipements de transports, les Britanniques, les Danois, les Belges, tout cela se met en œuvre.

Et de conclure:

La réalité c’est que la France a manifesté son refus de constitution d’un Etat terroriste au centre Mali et donc son refus de céder à tout chantage.

Jean-Marc Ayrault s'est exprimé mercredi après-midi sur l'intervention de la France au Mali devant l'Assemblée Nationale.

Le Premier ministre a rappelé les efforts diplomatiques de la France pour apporter son aide et lutter contre les groupes terroristes du Nord-Mali, mais aussi les objectifs du déploiement des forces armées sur place, le soutien international à son action et les mesures mises en place en cette période incertaine sur le territoire Français, en particulier le renforcement du plan Vigipirate. Jean-Marc Ayrault a conclu en saluant la mémoire du Chef de Bataillon Boiteux et insisté sur les perspectives données par la libération du Nord-Mali:

Le retour à l’intégrité territoriale devra s’accompagner d’une négociation destinée à établir les modalités d’une paix durable, entre toutes les composantes du Mali, et sur tout son territoire, à l’exception bien sûr des groupes terroristes.

Publié dans Politique Nationale

Commenter cet article