Candidat MARIANI ? Recalé !

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Parmi les conséquences du dégraissage permanent de la Fonction Publique souhaité par le Gouvernement et le Ministre des Transports Thierry MARIANI, une concerne l'enseignement à la conduite et plus particulièrement l'examen du permis de conduire.

 

Initialement, lorsqu'un candidat au permis de conduire échouait, il pouvait repasser le permis 15 jours plus tard. Ceci est une disposition législative.

Seulement voilà, les postulants, jeunes ou moins jeunes, voient les délais se rallonger provoquant ainsi un ras-le-bol général des professionnels mais surtout des clients.

 

Effectivement, cela devient dur pour les élèves qui sont de plus en plus virulents verbalement envers les inspecteurs et les auto-écoles. Mais leur agacement, à défaut de leur réponse violente, est concevable et justifié. Le non-remplacement des inspecteurs, fonctionnaires de l'État, partant à la retraite, les congés maladies non-substitués, provoquent la colère.

Les conséquences portent principalement sur le budget des candidats puisqu'il y aurait une augmentation de 400€ à 700€, afin de continuer à prendre des leçons de conduite entre les deux présentations à l'examen. Ce coût supplémentaire les pousseraient, indirectement, à conduire sans permis.

Pour les auto-écoles, il y a un impact sur le manque à gagner et sur une organisation correcte et viable au sein des établissements.

 

Pour remédier à cette situation problématique, certains (mais rassurez-vous, toujours les mêmes !) émettent l'hypothèse d'un recours à un dispositif privé. Imaginez donc des inspecteurs privés faisant passer le permis de conduire : N'y aurait il pas une différence de traitement des candidats, c'est à dire, différentes attentes, et certaines rigueurs pour favoriser l'échec?

Et oui, qui dit échec, dit repassage. Qui dit repassage, dit les chèques !

 

N'y aurait il pas un coût supplémentaire à la charge des candidats? N'y aurait il pas une disparité entre ceux qui peuvent se payer l'examen, et ceux qui ne le peuvent pas? Le prix est déjà élevé pour accéder à ce moyen de transport à nul autre pareil, surtout dans un département rural comme le notre alors, pourquoi l'augmenter ? Un mécanisme inégalitaire en somme …

 

Et pourtant, le permis est un droit pour Tous.

 

 

 

Publié dans Politique Locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article