De l'art de la Prévention...

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Les assassinats de Toulouse ont, à juste titre, provoqué un sentiment unanime d'horreur et d'indignation.

 

A son habitude, et lorsqu'un fait divers soulève l'émotion nationale, Nicolas SARKOZY a promis, avec énergie, une loi sur la lutte contre le terrorisme. 

Dans notre arsenal juridique, ces lois existent depuis des années, mais il a dû l'oublier, et il ne saurait se priver de l'occasion pour réaffirmer qu'il est le protecteur de la France...

 

Ensuite, viennent les questions sur l'assaut, sur une éventuelle anticipation du massacre, etc....

Le terroriste était connu depuis des mois des services de sécurité pour ses engagements extrêmistes, ce qui aurait facilité son identification... Mais une filature permanente était honnêtement impossible, d'autant plus que les effectifs policiers ont été, eux aussi, sérieusement rabotés...

 

Mais, il semble, parfois en être autrement, et les Corrèziens en sont témoins à Tarnac !

Depuis des mois, nos dangereux "terroristes" locaux étaient vraiment "couvés", caméras multiples dans les arbres fruitiers (et à la campagpe, il y en a beaucoup ...), écoutes téléphoniques systématiques (et totalement illégales), courrier surveillé, déplacements espionnés...

Les policiers ont même suivi les dangereux malfaiteurs sur le lieu de leur forfait, pour un flagrand délit (est-ce cela la prévention ?). 

Puis, l'assaut donné à l'aube, par des centaines de policiers, contre une ferme, endormie... Il fallait neutraliser de redoutables anarchistes susceptibles de détruire la République, prouver que le Ministre de l'Intérieur était à la hauteur, que le Président veillait sur l'Etat...

 

En réalité, une affaire montée de toutes pièces, un pur cinéma à l'intention du bon peuple. La Direction Centrale du Renseignement Intérieur a fait une superbe démonstration de ses possibilités d'action (à défaut de la pertinence...) pour la gloire du gouvernement (qui, comme toujours, peine à reconnaitre ses erreurs).

 

La cible était imaginaire, comme les terroristes...

Et, comme toujours, le ridicule n'a tué personne...

Publié dans Politique Nationale

Commenter cet article