Entre la faim et l'assiette : une belle marge !

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

3032020-mod-le-caddie-avec-des-billets-en-euros-sur-fond-blMême si l'indice global des prix affiche une hausse de l'ordre de 2% de mai 2010 à mai 2011, de nouveaux produits alimentaires subissent une inflation largement plus forte.

 

En effet, rares sont les aliments dont le prix reste stable, chacun d'entre nous en est conscient, lorsqu'il fait ses courses.

Les causes de cette augmentation continue de l'addition sont bien connues : le prix du blé a flambé en 2010, suite aux incendies russes, le café et le cacao souffrent de troubles politiques et la spéculation enflamme les marchés de matières premières.

 

Cependant, la réflexion que nous devons tous entamés, nous, consommateurs, c'est celle qui conduirait à savoir qui profite de cette flambée des prix (?)...

 

Lorsque les courbes s'inversent, les tarifs proposés aux consommateurs ne reviennent jamais à leur niveau d'avant, alors que les agriculteurs sont obligés de vendre à perte!

Industriels et grandes surfaces sont suspectés d'augmenter toujours leurs marges, même si chacun, sur le plan médiatique et politique, se renvoit la balle. Les études d'associations de consommateurs prouvent qu'entre 2001 et 2011, la marge brute des grandes surfaces a augmenté de 50% sur les côtes de porc et de 100% sur les plaquettes de beurre ! 

 

Ces mêmes organismes montrent que les supermarchés profitent de l'attrait du bio pour dégager de solides marges.

Les produits qu'ils proposent sont le plus souvent importés et issus de grandes exploitations dont le coût de production sont un peu plus élevés.

Cependant, cela ne permet pas de justifier une hausse de 30% à 50%.

 

En conclusion, il vaut mieux s'approvisionner dans les petits distributeurs locaux, pour les produits bio ou autres. Outre la qualité de l'aliment, l'accueil éclairé et humain des commerçants, il s'en ressentira sur notre note !

Publié dans Politique Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article