La campagne est dure

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Nous le savions tous, une bête sauvage n'est jamais si dangereuse que lorsqu'elle est blessée...

 

Les êtres humains ont la même attitudes : Khadafi, B. El Assad, menacés dans leur pouvoir, témoignent d'une férocité sans limites... 

Chez nos hommes politiques, la violence n'en est heureusement pas à ce point, mais les réactions de la droite sont symptomatiques. 

Elle considère comme un fait acquis, que le pouvoir lui revient de Droit, et que notre pays est leur propriété : François BAROIN parle d'"effraction" quand la gauche remporte les élections de façon démocratique, et Jean-François COPE se permet de parler au nom de la France. 

 

En se prétendant serviteurs de l'Etat, ils adoptent le même comportement que sous l'Ancien Régime : une caste dirigeante à la genèse de toute réflexion, et de toute évolution; et la masse du peuple, incapable d'analyses cohérentes et juste bonne à s'adapter passivement aux nécessités du moment. 

 

Lorsque les gens de l'UMP sont confrontés à une opposition intelligente, ils perdent tout sang-froid, méprisent, insultent, sans respect, ni remords. 

 Comparons avec l'attitude de François HOLLANDE, qui ne cesse de répéter que, durant la campagne présidentielle, il ne méprisera aucune candidature, aucun candidat, aucune idée...

 

Si nous pouvions encore rêver, nous imaginerions que nos adversaires politiques suivraient ce bel exemple. 

Publié dans Présidentielles 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article