Notre bien cher Président

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Les chiffres pleuvent, en cette période pré-électorale : chômage , avantages fiscaux, calcul de T.V.A. sociale ou non... Pour sa part, le député R. Dosière a entrepris de calculer le prix de revient de l'équipe Sarkozy...

 

Il est toujours intéressant d'analyser certaines conceptions d'un budget de rigueur.

Chaque ministre coûterait 17 millions d'euros annuels : voyages, frais de représentation, de réceptions... On comprend mieux les luttes intestines et les aptitudes à encaisser les humiliations infligées par l'omniprésident!

Un conseiller de ministre perçoit en moyenne 11 000 euros mensuels ; Petit calcul à l'intention de ceux qui ironisent sur les projets socialistes : sachant que le traitement moyen d'un prof en cours de carrière est de 2500 euros, il suffirait de verser le même salaire au dit conseiller pour pouvoir recruter trois profs...

Et si l'intéressé n'est pas content, il peut toujours aller tester la mécanique du pôle-emploi...

A quoi ça sert, d'ailleurs, un conseiller de ministre de Sarkozy, puisque le président est le seul à tout décider ? Le choix d'une cravate, d'un restaurant, de l'itinéraire d'une feuille de route ? Par exemple, lorsque le ministre de l'Agriculture s'est rendu à Lubersac pour rencontre des éleveurs, la direction des Haras de Pompadour espérait sa visite pour aborder certains problèmes essentiels, or le ministre, sans doute conseillé, a préféré animer une réunion de l'U.M.P. pour préparer la campagne d'un président-non-candidat.-Il faut bien défendre les fromages de la droite ; puis on reste bien un peu dans le domaine agricole !

 

Est-ce un conseiller qui est à l'origine du "Sarkozy nouveau" ? Notre président joue les modestes, les incompris qui se tuent à la tâche en multipliant les projets de loi, les propositions, les recettes miracles pour sauver la France, l'euro, l'Europe, le Monde et accessoirement aussi ses copains...

Ce n'est pas encore le référendum à la De Gaulle, comme disait, le Canard Enchaîné, : » voulez-vous que je reste ou préférez-vous que le ne parte pas ? », ce sont de fausses confidences, du Marivaux sans le talent, « si je suis battu, je me retire, vous n'entendrez plus parles de moi... »

On a tellement envie de répondre "chiche" ! En attendant le non-candidat va régulièrement dans la France profonde faire sa promotion, célébrer son bilan, vanter les vertus de la rigueur et des économies. Et chaque fois, il en coûte 58000 euros la minute au contribuable...

 

Vraiment, pour nous ,le cher président devient au dessus de nos moyens !

Publié dans Politique Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article