Quand la saignée éducative continue ...

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Dernière minute Le recteur d'académie a suspendu (du moins provisoirement) la fermeture de l'EREA de Meymac.Les élèves effectueront leur rentrée 2012 dans l'établissement.Bonne nouvelle ou effet d'annonce? Restons vigilants.


Il y a quelques jours, nous apprenions, dans un quotidien local, les nouvelles mesures d'austérités éducatives prévues par le recteur d'académie. 


En Corrèze, l'affaiblissement le plus directe du système éducatif est bel et bien la fermeture de l'EREA des Milles Sources, un établissement scolaire pour jeunes en difficulté à Meymac.


Voici le communiqué des élus de gauche au Conseil Régional du Limousin. 

 

« Le président de la Région Limousin, qui condamne avec force les annonces du rectorat relatives à la carte scolaire 2012, a tenu à s'exprimer devant les élus de la commission « éducation, formation » qui se réunissaient aujourd'hui pour examiner l'ordre du jour des dossiers de la prochaine commission permanente. Suite à cette intervention, les élus des groupes PS, MEL-ADS, EE-Les Verts et Limousin Terre de Gauche ont rédigé une déclaration commune.

Sur la forme, il est inadmissible que des élus désignés par le suffrage universel pour représenter l'intérêt des citoyens ne soient pas associés en amont à des concertations sur des décisions engageant l'avenir du territoire Limousin. Ce manque d'information et de considération a été le même pour les responsables et les représentants des établissements qui ont appris par voie de presse les décisions du recteur tout comme, semble-t-il, le corps préfectoral ! Cette politique du fait accompli va à l'encontre du fonctionnement républicain.

Sur le fond, ces nouvelles suppressions de poste sont à rejeter en bloc. La somme des suppressions depuis 2007 représente une véritable saignée pour le territoire Limousin. Plus de 1.000 emplois supprimés depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir. Cette année encore, le recteur propose de supprimer 278 postes dont 147 dans le secondaire.

Il s'agit là, au mépris de l'ensemble de la communauté éducative, d'un véritable coup porté aux forces vives de la Région. Ces décisions de suppression - et leurs effets induits en termes de fermeture de section et d'établissement - constituent un véritable préjudice pour le Limousin. Un préjudice pour les jeunes qui voient leurs conditions d'étude se dégrader (amoindrissement de l'offre éducative ; classes surchargées ; abandon d'études ; décrochage...). Un préjudice pour les familles contraintes de financer des déplacements et des frais d'hébergement toujours plus importants. Un préjudice pour les territoires en termes d'aménagement, de cohésion et de dynamisme économique. Un préjudice en termes de finances publiques, la Région investit depuis des années pour rénover, entretenir des bâtiments et équiper des établissements permettant une offre éducative de qualité.

Le symbole n'est pas neutre ! Les mesures envisagées affectent en priorité des établissements professionnels et des catégories de population les plus fragilesqu'il s'agisse des élèves en grande difficulté de l'EREA de Meymac ou des élèves du lycée du Mas Jambost à Limoges.

Considérant cette situation inacceptable, les élus de la commission « Education, formation » déclarent être en totale opposition avec les mesures de carte scolaire envisagées. Ils demandent le maintien des moyens et de tous les établissements du Limousin. Si tel n'était pas le cas, ils invitent le Président de Région à saisir le Tribunal administratif pour non respect des engagements signés dans le cadre du CPRDFP et réparation pour les investissements engagés dans les établissements. Ils demandent à Jean-Paul DENANOT de saisir les autres présidents de région afin d'engager une action commune au niveau de l'Association des Régions de France (ARF).

Déclaration conjointe des élus de gauche de la commission « Education, Formation » des groupes PS, MEL-ADS, EE-Les Verts, Limousin Terre de Gauche.  »

 

Le plus ahurissant dans cette affaire, est l'abondance des soutiens des élus ou représentants de l'U.M.P ...

Messieurs AUDY, député européen U.M.P, et PAILLASSOU, président de la fédération U.M.P, corrèzienne apportent leurs soutiens au millieu éducatif...

Ne faudrait-il pas leur remémorer que tout cela est la conséquence désastreuse et néfaste de la politique qu'ils soutiennent, au niveau national ?

 

Soit, laissons-les à leur "double parole" qui trompe assuremment les populations, et affirmons, avec force, notre soutien indéfectible aux acteurs et valeurs de l'Education Nationale.

Publié dans Politique Locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article