Le gouvernement mobilisé face aux licenciements chez PSA

Publié le par Les Socialistes d'Ussel

Suite à l'annonce de 8000 suppressions de postes à PSA, Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, a répondu aux questions de David Pujadas, sur France 2.


Lors de cette interview, le ministre a tenu à indiquer l'inquiétude du gouvernement mais sa détermination sur ce dossier:

"La nation toute entière est choquée (…), c'est un tremblement de terre pour l'économie française. Nous n'accepterons pas en l'état le plan [social de PSA]." 

Arnaud Montebourg a annoncé qu'un expert indépendant avait été nommé et qu'il devrait vérifier, en liaison avec les représentants des salariés, que le plan social était justifié et strictement proportionné aux problèmes économiques que traverse le groupe.

Par ailleurs, le ministre a exigé que des justifications soient apportées par la direction de PSA sur les 250 millions d'euros de dividendes distribués l'année dernière ainsi que sur une opération de rachat de ses propres actions. La direction devra aussi expliquer pourquoi elle privilégie la France pour ce plan social alors que le groupe a reçu de nombreuses aides de l'Etat. 

En conclusion, Arnaud Montebourg a demandé à "toute la nation" de "s'unir et se rassembler autour de la défense et du sauvetage de Peugeot et de son industrie automobile."

A travers un communiqué, Jean-Marc Ayrault a demandé à la direction de PSA "d'engager sans délai une concertation exemplaire, loyale et responsable avec les partenaires sociaux afin que toutes les alternatives que pourraient proposer les représentants des salariés et leurs experts puissent être étudiées et discutées" afin de préserver l'emploi et l'activité industrielle en France.
Par ailleurs, Marisol Touraine a confirmé ce matin sur Europe 1 que le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, missionnerait un expert qui devra rendre ses conclusions avant la fin du mois.
 
Martine Aubry a apporté, pour sa part, tout son soutien aux salariés et à leurs familles. La Première secrétaire du Parti socialiste s'est réjouie du refus par le gouvernement de ce plan social et a appelé à assortir "tout soutien de la puissance publique au respect effectif [des] engagements par les constructeurs". 

Publié dans Politique Nationale

Commenter cet article